Remerciements à Ann Finch

C’est grâce à cette grande dame que tout à commencé. Elle a été choquée lorsqu’elle a découver,t dans la dernière décennie du XXème siècle, avant le grand boom d’Internet, la cause des Galgos martyrs de la chasse en Espagne. Elle s’en est fortement émue et a décidé d’aider ces martyrs en créant la première association de sauvetage dédiée aux Lévriers en Europe: GIN (Greyhounds in need), avec laquelle nous avons le plaisir et l’honneur de travailler maintenant.

Ann s’est battue pendant des années pour venir en aide aux Galgos, l’association qu’elle a bâtie est solide et a fait des émules dans toute l’Europe. Maintenant en retraite, l’amour des lévriers l’habite toujours …

Merci à Ann Finch pour tout ce qu’elle a fait pour tous les Lévriers, en Espagne et au Royaume-Uni. Sans elle nous ne serions peut-être pas là à les aider à notre tour, très humblement et dans le respect de la très grande Dame qu’elle est et restera à jamais.

Voici un mot d’Anne Finch, extrait et adapté du site Galgo News par Barbara LEFRANC.

Anne Finch

« Au début il y eut des ténèbres, maintenant, il ya plus de lumière… Mais nous avons encore un long chemin à parcourir » –

J’applaudis l’initiative de Beryl en France de mettre à disposition des Internautes un site en langue anglaise dispensant en continu des articles relatant la situation des Galgos en Espagne. L’exposition de leur détresse et des différentes actions mises en place pour les sauver a parcouru un très long chemin au cours des 10 dernières années, grâce à vous tous.

Voici comment tout a commencé…

C’est le sort des Lévriers Irlandais exportés en Espagne qui, en 1991, m’a poussée à me rendre sur place pour enquêter et tenter d’améliorer leurs conditions de vie sur les pistes des terribles cynodromes de Majorque, Valence et Barcelone.

En raison des conditions d’importation drastiques, à l’époque, sur le territoire Britannique j’ai dû faire appel à des sympathisants de la cause animale en Europe continentale pour lancer un SOS désespéré afin que quelques uns de ces Greyhounds puissent être recueillis après leur infernale seconde « carrière » en Espagne… Une tâche colossale avant l’existence d’Internet…

En parallèle, j’avais entendu des rumeurs à propos de la situation de la race autochtone de Lévriers Espagnols : les Galgos, dans les zones rurales de l’Espagne profonde, mais rechercher des preuves à l’époque était comme entrer dans un souterrain obscur. Les refuges ne les prenaient pas en charge puisqu’ils n’étaient même pas considérés comme des animaux de compagnie et les citadins ne connaissaient absolument rien d’eux. Beaucoup de personnes en Espagne, encore à ce jour (NDLT : l’interview date de 2007) disent ne pas savoir  ce qui se passe avec les Galgos dans leur propre pays.

En 1995, on m’a montré un film amateur exposant des pendaisons de Galgos près de Grenade. J’ai pu démarrer les sauvetages en 1997 avec une poignée de sympathisants que j’avais ralliés pour venir en aide à ces Lévriers, en Suisse, en Allemagne et en Belgique…

Oui, c’est comme çela que tout a commencé ! Exposer au grand jour le calvaire des Galgos de chasse en Espagne a été un véritable un voyage des ténèbres vers la lumière grâce aux Greyhounds de course qui ont ouvert la voie à leurs frères Espagnols annonçant le salut pour les Galgos et même de nos jours, pour d’autres races (NDLT : Ann fait allusion aux Podencos)…

Maintenant, je pense qu’il y’a près de 100 associations dans 16 pays différents qui sauvent des Galgos et je dirais que, entre nous tous, quelque 15.000 Galgos et Greyhounds ont été sauvés et exportés pour adoption au cours des 10 dernières années.

Certains groupes se sont scindés, cela arrive naturellement quand les individus évoluent et que les forces se développent au milieu des coups encaissés chaque jour dans le domaine de la protection des animaux. Gardez courage, ne regardez en arrière et continuez à aller de l’avant embrassant le combat, main dans la main.

Il est inconcevable à présent que le sort des Galgos d’Espagne puisse demeuré caché. Depuis toujours le gouvernement Espagnol nie avoir connaissance du problème, mais dans leur for intérieur ils doivent avoir le sentiment que leurs protestations sonnent plutôt creux. Nous devons tous continuer à les titiller  jusqu’à ce que cela leur fasse mal.

En espérant que Galgo News puisse être un moyen d’encourager toutes les associations à se regrouper autour de projets coordonnés.

Que Dieu vous bénisse TOUS pour votre amour et votre dévouement!

Anne Finch,
Fondatrice de Greyhounds in Need »


« Sort de l’ombre et va vers la lumière.
Un pas à la fois. »