A méditer par les futurs adoptants

JM G. a adopté Bella en octobre 2016, (greyhound irlandaise), et nous donne régulièrememnt de ses nouvelles. Ses propos sur l’adoption nous ont paru très pertinents, et avec son autorisation, nous les publions dans cet article.

Il est vrai que certains candidats à l’adoption, oublient que notre association fait de la protection animale, et n’est pas un magasin où l’on vient choisir un beau lévrier pas cher. Nos adoptés ont un passé souvent douloureux, il faut en être conscient, afin de les séréniser en leur donnant beaucoup d’amour. Cet amour ils le rendent alors au centuple.

Lettre de monsieur JM G.
“Belle est toujours aussi ignorante des chats et autres chiens, sauf ceux de sa race. Cet été sur Quiberon nous rencontrions tous les jours en promenade un beau Whippet et c’était la fête pour Bella. Pas de soucis avec sa patte blessée sur le moment ni après. Nous l’avons vue sauter assez haut: suffisant pour nous impressionner et aussi redoubler de prudence ! Sur la video, Bella croque sa friandise, allongée sur son matelas de vacances, je ne sais pas si c’est courant pour un chien ou si cela révèle une part de son passé. Bella est une “léchouilleuse” de première, toujours aux câlins. Patiemment elle évolue et est un peu moins craintive. Les aléas de la vie de ces deux dernières années sans Bella ? Inimaginable aujourd’hui pour moi, s’il est vrai que la famille est un noyau solide et consolateur, ma Bella, toute cassée qu’elle soit, elle me répare : quand vous vivez a coté d’un Greyhound qui a subi les pires bêtises humaines, votre propre souffrance devient relative. Tout est dit.

Ce qui a tendance à brouiller la réflexion des futurs adoptants et de leur faire oublier le passé douloureux du chien. Ce qu’ils ne savent pas, c’est qu’en sortie d’élevage, un Lévrier à 1500€ est jeune, peu éduqué et parfois très sauvageon … Ce qui à mon sens représente plus de présence et d’éducation que pour un Lévrier d’Adoption.

Alors que pour nous : patience, caresses, rester assis à côté du Lévrier une heure par jour (le temps des infos, sans pour autant l’envahir de caresses ou de bisous, non juste une présence) sortir avec lui, régler son emploi du temps en fonction du Lévrier et non à notre plaisir (Bella a ses heures de repas, de sortie, de toilettes et de promenade) … Tout cela fait qu’avec simplement de l’amour et du temps notre Lévrier est sorti petit a petit de son passé et entame une pleine nouvelle vie.

Et c’est là l’alchimie qui va se produire : le Lévrier va se transformer en un véritable chien, bien au delà de vos attentes. Le chien parfait, vous l’aurez deux ou trois ans après l’adoption : il sera parfait pour vous car il vous connaitra et vous aussi vous connaitrez votre lévrier : on appelle cela la communion entre le chien et l’homme ! (et non l’inverse) Mais ce Lévrier sera imparfait pour un autre foyer, en toute logique.

Aujourd’hui Bella va toute seule vers sa gamelle pour nous dire que nous avons 20 minutes de retard sur son horaire, elle n’aboie pas ! Elle vient nous renifler, voire une léchouille, pour nous faire comprendre qu’elle souhaite quelque-chose. Tout en douceur … et c’est le maitre mot pour le Lévrier.

Nous avons adopté Bella sans clôture, sans autre animal domestique, avec des horaires de travail qui nous obligent à laisser le Lévrier seul de 8h30 à 17h00 4 jours par semaine. Pas de bêtises, pas de pipi, pas d’aboiements ou de pleurs. Bella s’est bien habituée à notre famille, à notre rythme. Et nous aussi nous avons changé nos habitudes, des promenades sont nées, des sorties tous ensemble, des voyages ! Alexandre, 6 ans, chaque week-end se réveille seul et va avec Bella, sur sa couche, passer un temps de câlins. Aussi le bisou au Lévrier avant d’aller au lit et j’en oublie certainement.

Bella a transformé nos enfants et sans honte je l’avoue : elle nous a changés aussi.

Cordialement, JM G…”

Quelques photos récentes de Bella la bretonne

 

 

 

 

 


Commentaire

A méditer par les futurs adoptants — Un commentaire

  1. Quel beau message!
    J’en suis tout ému car j’y retrouve notre Judy. Cela fait maintenant deux ans qu’elle partage notre vie, mais nous avions déjà un chien et deux chats.
    Il est vrai que ce sont des chiens “0” défauts.
    Calme et sérénité s’en dégage toujours.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *