Le monde du Lévrier en deuil: Ann Finch nous a quittés le 5 août

Aide aux Lévriers Martyrs s’associe à GIN pour vous faire part du décès d’Ann Finch, grande dame de la protection animale, et protectrice des lévriers martyrisés.

Voici l’information transmise par GIN (Greyhounds In Need)

C’est avec une grande Tristesse  que nous apprenons qu’Ann Finch nous a quittés.

C’est avec un profond regret que nous devons vous informer du décès de la  fondatrice de Greyhounds in Need, Ann Finch, qui est survenu le 5 août 2018.

Ann est morte paisiblement à L’Hôpital  Earl Mountbatten à l’âge de 75  ans.

Ann a été aimée et respectée par toutes les personnes concernées par le bien-être des lévriers et par une foule de personnes dans un  domaine plus large du sauvetage et de la protection des animaux. C’est elle qui a apporté l’effroyable martyre  des lévriers de chasse espagnols (galgos) à l’attention du public  en Europe et dans le monde entier.

Après quelques années de travail infatigable et d’abnégation, Ann, avec son mari Arthur, ont  fondé une fondation  pour les lévriers (Greyhounds in Need ) il y a vingt ans, dans le but principal de retrouver dans les forêts , sauver et soigner  des Greyhounds  et des galgos espagnols.  Greyhounds in Need est fier de dire que ce travail vital continue de croître, et que maintenant tout notre possible est fait  pour les sauvetages. Actuellement nous réussissons le  placement d’environ 700 de ces magnifiques chiens chaque année, et nous fournissons des fonds pour améliorer les centres de sauvetage en Espagne et de plus nous avons mis en place un  programme d’éducation dans les écoles espagnoles.

Chez Greyhounds in Need  nous sommes très conscients que nous faisons ce travail au nom d’Ann Finch qui sera toujours présent chez de nombreux  supporters  pour qui elle était une grande source d’inspiration.

Nous savons que nous serons rejoints par d’innombrables amis et collègues  pour perpétuer le souvenir d’ANN  et se remémorer avec fierté les réalisations de cette grande dame

Nous attendons les détails des funérailles d’Ann et nous les mettrons  sur notre site dès que possible.

Voici l’un des derniers articles écrit par Ann Finch il y a quelques années sur le sort des galgos espagnols. N’oublions pas non plus son action contre les courses de lévriers. Elle a fortement contribué à la fermeture des cynodromes en Espagne et Italie.

 

“Au début il y avait les ténèbres, mais maintenant il y a plus de lumière … mais nous avons encore un long chemin à parcourir.

J’applaudis la nouvelle entreprise de Beryl ici en France pour créer un site Web en anglais avec des nouvelles continues de la situation du galgo en Espagne. La prise de conscience du sort des galgos d’Espagne et de leur sauvetage, a parcouru un très long chemin au cours des 10 dernières années, grâce à vous tous.

Voici comment cela a commencé … C’est la situation critique des lévriers irlandais importés qui, en 1991, m’a conduite à aller en Espagne pour enquêter et essayer d’améliorer leurs conditions sur les pistes de Majorque, Valence et Barcelone.

Je devais passer le mot à l’étranger car, en raison des lois britanniques sur l’importation des animaux, j’avais désespérément besoin de sympathisants en Europe continentale pour accepter les greyhounds mis au rebut en vue de leur adoption … une tâche lourde avant Internet.

J’avais entendu des rumeurs sur la situation désespérée du lévrier espagnol, le galgo, dans les zones rurales de l’intérieur de l’Espagne, mais rechercher les preuves à cette époque, c’était comme entrer dans un monde souterrain sombre.

Les refuges espagnols ne les accueillaient pas car ils n’étaient pas considérés comme des animaux de compagnie et les citadins ne savaient rien d’eux.

Beaucoup en Espagne proclament encore l’ignorance jusqu’à ce jour. En 1995, on m’a montré un film amateur des pendaisons de galgos près de Grenade mais ce n’est que lorsque j’ai rencontré et travaillé avec Fermin Perez 1997-2000 qui avait ses propres preuves photographiques et qui avait commencé à prendre des galgos dans son refuge improvisé, que j’étais capable d’exposer au monde extérieur les tortures que les galgos subissaient, et lancer le mouvement pour les transporter hors de l’Espagne vers la sécurité.

Je ne pouvais commencer bien sûr qu’avec la poignée de sympathisants que j’avais déjà trouvés pour les lévriers, en Suisse, en Allemagne et en Belgique,

Voilà comment tout a commencé! Toute la saga d’exposer ce qui arrive aux galgos d’Espagne a été un voyage de l’obscurité vers la lumière avec les lévriers annonciateurs de salut pour les galgos et même ces jours-ci, d’autres races aussi bien …

Maintenant je pense qu’il y a environ 100 groupes et individus dans 16 pays différents impliqués dans la sauvegarde des galgos et j’estime que nous avons tous sauvé et exporté quelque 15 000 galgos et des greyhounds pour l’adoption au cours des 10 dernières années.

Certains groupes se sont séparés des autres. cela se produit naturellement lorsque les individus se développent en nombre, en force et en direction, et aucun d’entre nous n’a échappé aux blessures. Prenez courage, ne regardez pas en arrière et continuez d’anticiper la tâche à accomplir.

Il n’y a aucun moyen maintenant que le sort des galgos d’Espagne peut être caché. Pourtant, l’administration espagnole nie la connaissance, mais même ils doivent sentir que leurs protestations sonnent plutôt creux. Nous devons tous continuer à les piquer jusqu’à ce que ça fasse mal.

Espérons que Galgo News pourrait être un moyen d’encourager toutes les associations à se regrouper dans des projets coordonnés.

Que Dieu vous bénisse tous pour votre amour et votre dévouement!

Ann Finch
Fondatrice de Greyhounds in Need »


« Sort de l’ombre et va vers la lumière.
Un pas à la fois. »


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *